Okupas Deluxe, ces squats haut de gamme

A LA FIN DU MOIS D’AVRIL LA CASABLANCA CÉLÉBRAIT DEUX ANS DE RÉSISTANCE.

4000 m2 destinés au logement de luxe, on a pourtant sommé les ouvriers de déposer les outils. Le 23 de la rue restera inachevé, ses investisseurs dévorés par une crise immobilière qu’ils on couvés. Mais un groupe d’occupants en a décidé autrement, le quartier Madrilène de Lavapiés a désormais sa « maison blanche ».

Avant les 19h, de larges panneaux de bois bloquent l’entrée du bel édifice bariolé. Centre Social Occupé et Autogéré, revendique le cartel, les baroudeurs tilteront, avec en tête le Tacheles de Berlin ou Les Tanne- ries de Dijon. Des lieux qui échappent au contrôle étatique et mettent en place leur propre fonctionnement interne, selon des convictions similaires. Ici ni hiérarchie ni parti politique, on s’organise de manière auto- nome et horizontale via un système assembléaire. Mais la Casablanca attire l’oeil, façade fraichement refaite, elle semble d’un nouveau genre.

UN BÂTIMENT CLASSÉ « Le logement de luxe a toujours des clients ». Voilà ce que déclarait Carlos Monteverde de Mesa dans une interview au journal El Mundo en 2006. À l’époque, l’immeuble lui appartient. Tout comme quelques autres 140.000 m2 à Madrid , Barcelone, Londres ou encore Paris. Carlos Monteverde de Mesa est propriétaire à 90% du groupe immobilier espagnol Monteverde S.L, spécialisé dans l’acquisition et la réhabilitation d’édifices singuliers. 20 projets sont alors en cours, tous concernent des « édifices exceptionnels situés dans les zones les plus exclusives » comme le veut la philosophie de l’entreprise. Mêlant patrimoine architectural et design des plus modernes, elle œuvre dans l’immobilier de luxe.

Les numéros 21 et 23 de la rue Santa Isabel répondent aux critères. Construites en 1850, ces deux bâtisses ne font qu’une. Ancien lycée, elles jouissent d’un grade de protection intégrale accordé par la ville au regard de leur « valeur architecturale et signification culturelle exceptionnelle ». À mi-chemin entre le musée Reina Sofia et la Filmoteca española, on est pourtant bien dans le quartier populaire de Lavapiés. Ici la moitié des habitants sont d’origine étrangère, un mélange hétéroclite qui fait l’âme du quartier, l’un des plus vivants de la capitale.

REDESSINÉ PAR STARCK Acheté en 2004, l’immeuble aurait du se voir transformer en logements de hauts standing. Une superficie de 4.000 m2 destinée à accueillir 25 logements, 2 locaux commerciaux et 39 places de garage. Touche finale, l’aménagement est confié à la compagnie Yoo et plus précisément à son designer star, Philippe Starck. En 2006, Monteverde vend le projet au fond investissement AC Patrimonio Inmobiliario pour une valeur de 23,7 millions d’euros. La fin des travaux est alors prévue pour fin 2007, date à laquelle le bien aurait dû être remis clés en main à l’acquéreur. Mais en avril 2010, la société est liquidée. Aujourd’hui les bennes à l’entrée n’ont pas bougé.

REGGAE ET VEGAN FOOD « Cet immeuble est maintenant du quartier et des mouvement sociaux » déclare le site internet du CSOA qui reprend à son compte la philosophie de Monteverde : « Nous concevons le luxe comme une émotion, nos édifices ont une âme. ».

Au rez-de-chaussé, le sol est encore brut et les toilettes précaires. Mais empruntez la large cage d’escaliers de bois, et vous pourrez admirez les moulures au plafond et les trois étages refaits à neuf. Si pas de mal de fils électriques cherchent encore les ampoules, les lieux tiennent plus de la résidence moderne que du squat comme on en à l’habitude.

Du fond du couloir résonne un CD reggae, c’est la bibliothèque du 15-M qui vient d’emménager. Tout en classant une pile de livres, Zéké et Felix expliquent ce choix. « Des locaux en état c’est bien mais le plus important c’est pourquoi on est là. L’importance symbolique des lieux ».

Ironie du sort, ces okupas ennemis du capitalisme s’approprient aujourd’hui le luxe . Pour les squatteurs, l’avidité de Monteverde et de ses acolytes à conduit le pays à la crise, emportant les plus démunis sur leur passage. Car la crise, disent-ils, «non seulement nous ne la payerons pas mais nous allons la réinvestir […], en occupant leurs maisons abandonnées, en récupérant ce qu’ils ont volé, en le rendant à ceux à qui ça appartient «. Conscient d’être dans l’illégalité, ici on ne considère cependant pas l’occupation comme un délit. En choisissant cet immeuble, le CSOA s’oppose « au droit à accumuler des biens de première nécessité (comme le logement) » et à la spéculation. Mais la Casablanca est aussi un outil stratégique, elle fait partie de la vie du quartier et réunis des gens d’âges et d’horizons différents.

La Casablanca n’est pourtant pas à l’abri d’une intervention de la po- lice. En décembre 2011 Monteverde avait obtenu un ordre d’expulsion de l’Hôtel Madrid dont le groupe est également propriétaire. Endetté à hauteur de 170 millions d’euros, il a ensuite fait appel à un concours de créanciers. Carlos Monteverde de Mesa, accusé de spéculation et autre malversations peut lui semble t-il toujours compter sur la Justice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s